​Le sKan est le projet lauréat interntional du James Dyson Award 2017
Le sKan, un appareil portatif à bas coût permettant de d’identifier rapidement un mélanome, remporte le prix du James Dyson Award 2017

Paris le 9 novembre 2017 : en France, 10% des cancers de la peau sont des mélanomes cutanés. S’il est diagnostiqué et traité de façon précoce, le mélanome est généralement guérissable mais cette maladie cause la mort de dizaines de milliers de personne chaque année. A l’échelle nationale, le mélanome les derniers chiffres font état de 14 325 nouveaux cas détectés pour l’année 2015 et plus de 1700 décès ont été dénombrés. [1]

Les méthodes de diagnostic précoce dépendent fortement des inspections visuelles, qui ne sont pas précises. Les méthodes plus avancées prennent du temps et sont relativement coûteuses, ce qui augmente le fardeau des services de santé déjà débordés.  En France, on estime que le risque d’avoir un mélanome avant l’âge de 75 ans est d’environ 1 % [2]. Les personnes qui ne passent pas par des procédures de biopsie courent le risque d’une non-détection.

Quatre étudiants de la McMaster University au Canada s’engagent pour résoudre le problème du diagnostic du mélanome. Leur solution, le sKan, est un système de diagnostic moins coûteux que les méthodes de diagnostiques actuellement proposées. Facile à utiliser, cet appareil pourrait sauver des vies grâce à la détection précoce tout en permettant aux services de santé d’économiser un temps précieux et de l’argent.

L’équipe à l’origine de sKan a été choisi par James Dyson lui-même qui a passé en revu les 20 projets finalistes internationaux. Ce choix leur confère le titre de projet Lauréat International du James Dyson Award 2017et les 4 membres recevront la somme de 35 000 euros afin de développer leur idée.

Comment le sKan fonctionne-t-il ?

Les cellules cancéreuses ont un métabolisme plus élevé que les cellules normales. C’est pourquoi elles libèrent plus de chaleur[3]. Cela signifie que, après avoir appliqué un choc thermique (par exemple à l’aide d’un sac à glace), le tissu cancéreux récupérera de la chaleur plus rapidement que le tissu non-cancéreux, ce qui indique une grande probabilité de mélanome. Le sKan utlise ainsi la détection de chaleur afin d’aider les médecins à identifier rapidement un cancer de la peau.

Le sKan comprend un dispositif de thermistances, des capteurs de température extrêmement précis et bon marché. Ce dispositif est placé sur la zone concernée et analyse le retour de celle-ci à la température ambiante après avoir été refroidi. L’affichage de la thermistance est numérisée, après quoi la moyenne temporelle synchrone, la détection de variation de température et la validation spatiale sont effectuées sur le signal. Les résultats sont affichés sous la forme d’une carte de chaleur et d’un diagramme temporel de différence de température, ainsi que d’un énoncé des résultats – montrant la présence, ou l’absence de mélanome.

Bien qu’il existe des techniques d’imagerie thermique non invasives pour le diagnostic du mélanome, elles sont coûteuses car elles utilisent des caméras thermiques à haute résolution, qui coûtent plus de 22 000€.  Le coût anticipé du sKan est quant à lui estimé à moins de 900€.

Regardez cette vidéo pour voir comment fonctionne le sKan.

« En utilisant des composants largement disponibles et peu coûteux, le sKan permet que la détection du cancer de la peau dû au mélanome soit facilement accessible à tous. C’est un appareil très intelligent qui a le potentiel de sauver des vies dans le monde entier. C’est pourquoi je l’ai sélectionné comme le vainqueur international de cette année, » déclare James Dyson.

 « Les méthodes actuelles visant à déterminer si une lésion est un mélanome ou non sont les yeux agguéris des médecins – le résultat étant que des patients peuvent subir une intervention chirurgicale inutile ou une détection tardive du mélanome. Le sKan est prometteur pour être un appareil peu coûteux, facile à utiliser et efficace, que tous les services de santé pourront acquérir et adopter , » explique Dr. Raimond Wong, directeur du groupe d’Oncologie gastro-intestinale au centre de cancérologie Juravinski.

« Gagner le prix James Dyson représente beaucoup pour nous. Le montant correspondant au prix nous aidera à continuer de développer un appareil médical qui peut sauver des vies. Nous sommes vraiment touchés et enthousiastes à l’idée de bénéficier de cette opportunité remarquable, » s’enthousiasme l’équipe de sKan.

L’équipe a de grandes ambitions pour son appareil et prévoit d’utiliser l’argent remporté grâce à leur titre de Lauréat international du James Dyson Award 2017pour continuer à affiner le produit de manière à recevoir la certification de la FDA (Administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments). Grâce à cela, ils espèrent que l’appareil sera utilisé dans des cabinets médicaux du monde entier.


Notes :

Comment la technologie fonctionne-t-elle ?

Elle se compose d'un transducteur, d'un circuit de conditionnement, d'un convertisseur analogique-numérique et d'un processeur logiciel. Le transducteur est un ensemble de thermistances placées sur la zone à examiner et qui revient à température ambiante après avoir été refroidi. La variation de température de chaque thermistance modifie la tension à travers le circuit et un signal est alors envoyé à travers un circuit de conditionnement spécifique pour filtrer et amplifier le signal avant qu'il soit numérisé par un microcontrôleur. Le signal est ensuite envoyé à un ordinateur via une connexion série pour être formaté et ajusté aux courbes paramétriques de thermistance. Les résultats sont affichés à l'aide d'une carte thermique et d'un graphique temporel de la température, assortis d'une annonce des résultats. L'analyse indique l'emplacement et la plage des différences de température sur une métrique temporelle.

Statistiques mondiales sur le mélanome :

  • 132 000 cas de mélanomes cancéreux se produisent chaque année dans le monde[4].
  • 1 cancer sur 3 diagnostiqués chaque année est un cancer de la peau[5].


Statistiques sur le mélanome en France métropolitaine pour l’année 2015 :

  • 14 325 nouveaux cas de mélanomes cutanés ont été détectés (dont 7 083 hommes et 7 242 femmes)
  • 1 773 décès ont été causés (1 033 hommes et 740 femmes)
  • ce cancer représente 3,7 % de l’ensemble des cancers incidents et 1,2 % des décès par cancer, tous sexes confondus.
  • C'est l'un des cancers dont l'incidence comme la mortalité ont significativement augmenté sur la période 1980-2012 [6]


Finalistes internationaux :

Atropos, Gabriele Natale, Design & Engineering, Politecnico di Milano, Italie

Problème : Les outils actuels d'impression 3D à haute performance gaspillent de grandes quantités de matériaux.

Solution : Atropos est un bras robo