​EcoHelmet, le casque pliable et recylable remporte le James Dyson Award 2016
EcoHelmet, le casque pliable et recylable remporte le James Dyson Award 2016
Un casque développé pour les vélos en libre-service

Paris, le 17 novembre 2016 : A Paris, comme dans de nombreuses grandes villes du monde entier, les installations de vélos en libre-service se développent. Elles permettent aux utilisateurs d’emprunter sur une borne un vélo à toute heure, et de le restituer dans la station de leur choix. Ainsi, la contrainte de trouver un endroit pour accrocher leur vélo ou le risque de vol n’est plus un souci. Cependant, la circulation dense au sein des villes qui proposent ce service soulève la question de la sécurité.

Aujourd’hui, des millions d’utilisateurs se déplacent quotidiennement à vélo, mais rares sont ceux qui portent un casque et lors d’une chute, cela peut parfois s’avérer fatal. En France, selon l’ONISR, les cyclistes ont constitué en 2014, 4,5% des blessés, et 4,7% des tués sur les routes[1]. En 1 an, la mortalité à vélo a augmenté de 8,2 %.

Isis Shiffer, une jeune diplômée de La Pratt Institute of Design à New York et cycliste invétérée, a souhaité se pencher sur ce constat alarmant afin d’y remédiers’est lancé le défi de trouver une solution à ce problème. Sa solution : EcoHelmet, un casque pliable et recyclable à destination des utilisateurs de vélos en libre-service qui remporte le Prix International du James Dyson Award 2016.

EcoHelmet a été conçu selon une structure alvéolaire unique qui permet de protéger la tête des chocs et qui peut être plié lorsqu’il n’est pas utilisé. Un revêtement biodégradable le rend imperméable à la pluie pendant trois heures. La légèreté et le design durable de l’EcoHelmet permet à ses utilisateurs de circuler en toute sécurité et assurance.

La structure cellulaire d’EcoHelmet répartit efficacement et de manière uniforme les éventuels chocs autour de la tête de l’utilisateur comme le ferait un casque classique en polystyrène. Grâce à la nature radiale des cellules, il protègera également l’utilisateur des courants d’air provenant de n’importe quelle direction. La simplicité  de la conception d’EcoHelmet ainsi que le faible coût de matériaux utilisés permettent de maintenir les frais de production au plus bas. Isis Shieffer prévoit de vendre le casque sur chaque station au prix de de 5 dollars.

« J’ai eu la chance de pouvoir étudier au Royal College of Art et à l’Imperial College de Londres pendant un semestre. Ils m’ont ainsi permis d’avoir accès à leur installation de crash tests aux normes européennes destinée à évaluer la robustesse des casques. Cela m’a permis de rassembler suffisamment de données sur la structure alvéolaire brevetée de l’EcoHelmet et ainsi de déterminer si le projet était viable et méritait d’être développé ».

Isis Shiffer.

« EcoHelmet permet de résoudre un véritable problème d’une manière extrêmement élégante. Cependant, sa simplicité apparente ne donne aucun indice sur l’impressionnant travail de recherche et de développement que cela a nécessité pour arriver à ce résultat. Je suis impatient de le voir sur les têtes des utilisateurs des vélos en libre-service du monde entier».

James Dyson

Les deux finalistes internationaux du James Dyson Award 2016 sont :

Description: Description: http://jda-44a8.kxcdn.com/wp-content/uploads/2016/07/usr-2614-img-1468161554-2402f-503x356.jpgRespia, Australie

Katherine Kawecki, diplomée en Design Industriel de L’Université de la Nouvelle-Galles du Sud

Problème: Les personnes asthmatiques sont parfois sujettes à des effets décontenançant  suite à des épisodes d’insuffisance ou de crises respiratoires. Cela complique la détermination de la médication ainsi que la fréquence du traitement à suivre. Chaque année, ce sont 250 000 personnes qui meurent prématurément des suites de l’asthme et dans beaucoup des cas, un diagnostic et un traitement approprié pourraient permettre de sauver des vies.

Solution: Respia est un système de suivi de l’asthme qui permet d’enregistrer l’état respiratoire de l’utilisateur ainsi que sa prise de médicaments. Les inhalateurs en aérosols existants ont été repensés en associant le premier patch au monde qui permet de suivre la santé respiratoire de celui ou celle qui le porte.

Description: Description: http://jda-44a8.kxcdn.com/wp-content/uploads/2016/07/usr-2547-img-1468612474-3da79-534x356.jpgSmart Contact Lens Platform, Canada

Huayi Gao, diplômé en ingénierie de nanotechnologie engineering de l’Université de Waterloo

Problème: mesurer la glycémie est processus invasive pour les personnes souffrant de diabète. Cela nécessite soit une prise de sang soit de se piquer le doigt ce qui peut s’avérer grossier, gênant, douloureux qui peuvent conduire à de faibles taux de conformité.

Solution: Smart Contact Lens utilise des nanotechnologies les plus modernes pour créer une lentille avec un capteur capable de mesurer en continu le niveau de glucose de son utilisateur. Après avoir analysé la concentration de glucose dans le film lacrymal, le capteur envoie les données récoltées sur téléphone de l’utilisateur  qui pourra ainsi mieux gérer son traitement au diabète.

Le James Dyson Award est présent dans 22 pays. Ce concours est ouvert aux étudiants et aux jeunes diplômés depuis moins de quatre ans issus d’écoles de design et d’ingénierie.

Ce concours est proposé par la Fondation James Dyson, qui a été créée en 2002, afin d’encourager les jeunes à penser de manière différente, de faire des erreurs, d’inventer et de prendre conscience de leur potentiel d’inventeur.

Les prix:

  • Le lauréat international remporte la somme de  40 000 € et 7 000 € seront attribués à l’école ou l’université de l’étudiant.
  • Les deux finalistes internationaux remportent 7 000 € chacun
  • Les lauréats nationaux (un par pays) remportent 2 750 € chacun 


Procédure d’inscription :

Les participants devront fournir des prototypes de leur projet et expliquer le processus de conception et ce qui les ont inspirés. Les projets soumis seront examinés par un jury national composés de professionnels de l’ingénierie, des sciences et du design. Vingt projets internationaux seront retenus par les ingénieurs-designers Dyson avant que James Dyson ne choisisse le lauréat international et les finalistes.

Les vidéos:

James Dyson annonce l’ouverture du James Dyson Award 2016

Lauréat international du  James Dyson Award 2015 – Voltera V-One


Qui peut s’inscrire au James Dyson Award?

Tous les  étudiants en design produit, design industriel ou en ingénierie (ou personne ayant reçu son diplôme au cours des quatre dernières années) ayant étudié dans l’un des pays et territoires  suivants: Allemagne,  Australie,  Autriche,  Belgique,  Canada,  Chine, Corée du Sud,  Espagne, France, Hong Kong,  Italie, Japon,  Malaisie,  Nouvelle Zélande, Pays-Bas, Royaume-Uni,  Russie,  Singapour,  Suisse,  Taïwan et Etats-Unis peuvent s’inscrire au James Dyson Award.


Pour aller plus loin :

www.jamesdysonaward.org/fr/

www.jamesdysonfoundation.com


A propos d’EcoHelmet:

Isis Shiffer à l’origine d’EcoHelmet a été diplômée en 2016 du Pratt Design Institute à New York. Elle est également diplômée des Beaux-Arts en spécialité Sculpture à l’Université de Pennsylvanie et a obtenu un Master en Design Industriel et Design Produit. Elle est aujourd’hui CEO et Chef Concepteut chez Spitfire Industry, LLC.

EcoHelmet s’est associé à l’entreprise californienne  MemBrain LLC basée à Los Angeles afin d’aller plus loin dans les tests, la production et le marketing autour du casque.