Dyson inaugure son second Technology Centre à Hullavington en Angleterre
Dyson poursuit son investissement en R&D avec l’ouverture prochaine d’un second Campus Technologique à Hullavington

Paris, février 2017 : Après l’inauguration de son nouveau Dyson Technology Centre à Singapour, Dyson va encore plus loin dans la recherche et le développement de ses technologies actuelles et futures et annonce l’ouverture d’un nouveau Technology Campus à Hullavington en Angleterre qui accueillera de nouvelles équipes d’ingénieurs d’ici la fin de l’année.

    

Afin d’accompagner ses ambitions en matière de recherche et développement, Dyson annonce l’ouverture d’un second Technology Campus dans les Cotswolds à deux pas du siège mondial de l’entreprise à Malmesbury. Le terrain d’une superficie de près de 210 hectares est une ancienne propriété du Ministère de la Défense à Hullavington dans le Wiltshire. Cette expansion va permettre à Dyson de multiplier par dix sa taille au  Royaume-Uni.

Grâce à ce nouveau campus, Dyson pourra continuer à créer des emplois hautement qualifiés et d’amplifier les exportations du Royaume-Uni. Dyson a triplé ses effectifs en Angleterre au cours des cinq dernières années et compte aujourd’hui 3 500 personnes au Royaume-Uni dont la moitié sont des ingénieurs et des scientifiques.

Dyson est le plus grand investisseur du Royaume-Uni dans le domaine de la robotique et l’entreprise entreprend des projets ambitieux pour développer de nouvelles technologies telles que la batterie solide, les systèmes de vision, ou encore l’intelligence artificielle. De plus, Dyson travaille actuellement sur 40 projets technologiques en partenariat avec des universités anglaises dont l’Imperial College de Londres, Cambridge, Warwick et Newcastle.

“Après 25 ans de croissance au Royaume-Uni et une expansion mondiale, notre campus à Malmesbury ne suffit plus. Le campus de 210 hectares de Hullavington est un investissement supplémentaire dans le futur et permettra de créer un hub mondial dédié à nos efforts dans la recherche et le développement. Cela nous permettra également de continuer à créer des technologies de pointe et des emplois ici, dans les Cotswolds, » explique James Dyson.

“Cet investissement est une marque de confiance en notre réforme de l’industrie et notre détermination à consolider la position de leader du Royaume-Uni dans les secteurs de l’ingénierie  et de la high-tech. Le pouvoir d’exportation de Dyson ainsi que son engagement dans la création de nouveaux emplois dans le pays représente une réelle success-story qui appuie notre projet de faire du Royaume-Uni une plateforme globale. Nous apprécions également le choix de James Dyson de redonner vie à un site qui a autrefois appartenu au Ministère de la Défense, ” déclare la Première Ministre Theresa May.

Dyson s’est engagé à investir 250 millions de livres sterling dans son campus de 22 hectares de Malmesbury qui accueillera les premiers étudiants sur le Dyson Institute of Technology en septembre prochain. Les préparations du site d’Hullavington commenceront la semaine prochaine et la restauration des hangars datant de la Seconde Guerre Mondiale débuteront quant à eux en mai 2017 afin de permettre une installation des équipes à la fin de l’année.

La Recherche & Développement dans le monde

Dyson s’est engagé à investir 2,5 milliards de livres sterling dans ses futures technologies et investit aujourd’hui 7 millions de livres sterling par semaine en R&D.

Cette annonce vient succéder à celle de l’ouverture du nouveau Centre de technologie de Singapour, inauguré il y a deux semaines. Situé en plein cœur du berceau où de nombreuses startups sont installées et à deux pas du campus de l’Université Nationale de Singapour, ce nouveau Centre accueille des équipes d’ingénieurs qui travaillent sur le développement de nouvelles technologies et de nouveaux outils pour la maison connectée du futur. Dyson emploie 1 100 personnes à Singapour et prévoit une augmentation de ses effectifs de 50% dans les mois à venir. 

Quels moyens pour lutter contre la pénurie des ingénieurs ?

James Dyson a prévu d’investir 15 millions de livres sterling au cours des 5 prochaines années pour faire face à la pénurie d’ingénieurs au Royaume-Uni. L’Angleterre aura besoin de près de 640 000 ingénieurs supplémentaires d’ici 2020 ce qui limite fortement les besoins de recrutement de Dyson. James prévoit ainsi d’offrir aux apprentis ingénieurs les plus brillants une alternative pertinente aux diplômes classiques en ouvrant le Dyson Institute of Technology sur le campus de Dyson à Malmesbury dans le Wiltshire. Ce nouveau diplôme vise à combiner l’apprentissage académique, qui sera dans un premier temps dispensé par l’Université WMG de Warwick, avec une approche pratique sur le développement des produits Dyson tout en travaillant aux côtés de l’équipe d’ingénieurs Dyson qui compte 3 000 personnes à date. Dans le cadre de ce cursus, les étudiants pourront étudier tout en étant rémunérés pendant toute la durée du programme qui s’étend sur 4 années avec  la perspective de bénéficier d’un emploi à l’issue de leur cursus.    

« La pénurie qui touche le Royaume-Uni ralenti Dyson, tandis que nous voulons augmenter le nombre de technologies que nous développons et exportons. Nous avons donc décidé de nous attaquer directement à ce problème avec ce nouveau diplôme qui offre à la fois un enseignement théorique mais également un travail réel et un salaire tout en proposant aux étudiants de travailler avec des experts dans leur domaine d’expertise, » déclare James Dyson lors de la présentation de ses plans pour le Dyson Institute of Technology. 

A propos du Campus d’Hullavington

  • La caserne d’Hullavington a été construite en 1936 dans le but d’accueillir une importante Ecole de Pilotage , plus de 100  avions, et une Unité de stockage civile capable d’accueillir 400 appareils. L’Ecole de Pilotage de la RAF (Royal Air Force) a ouvert ses portes le 6 juin 1937.
  • Une attention particulière a été apportée au design de l’aérodrome : l’agencement se base sur les principes des Beaux-Arts dans le style neo-Géorgien des bâtiments d’habitation et par l’utilisation des pierres en provenance de Bath pour la façade. Très peu de changements ont été apportés au site qui a conservé son aspect originel.
  • L’aérodrome est resté une base de la RAF jusqu’au milieu des années 1990 et depuis lors, il est resté sensiblement inactif. En janvier 2016, le Ministère de la Défense a décidé de mettre en vente plusieurs de ses propriétés dont Hullavington dans le cadre de sa volonté d’efficacité.
  • Le Campus Dyson d’Hullavington s’étendra sur près de 210 hectares et les bâtiments historiques de l’aérodrome seront restaurés dans le respect du patrimoine de l’aviation.


A propos du campus Dyson à Malmesbury

  • Conçu par James Dyson et Chris Wilkinson au cours de ces 23 dernières années, le campus offre aux ingénieurs 129 laboratoires, des espaces dédiés aux tests et à la recherche et accueille le siège mondial de Dyson. Le nouveau bâtiment dédié à la recherche appelé D9 abrite les projets les projets les plus confidentiels développés par les ingénieurs Dyson dans des domaines divers et variés tels que les moteurs, les logiciels, l’électronique, le stockage de l’énergie, la robotique et le soin à la personne Ce bâtiment est construit à partir de grandes feuilles de verre, de colonnes d'acier, de sols en béton ciré, et d’un toit également en béton. La particularité du verre utilisé permet de ne pas dévoiler les salles depuis l’extérieur, de conserver la chaleur stockée, et de se fondre dans le paysage de la campagne anglaise.
  • Un Jet English Electric Lightning est suspendu au plafond de la nouvelle cafétéria où Joe Croan, un ancien chef étoilé du guide Michelin prépare des repas pour les 3 500 personnes qui travaillent sur le campus.
  • Le campus offre également une infrastructure sportive entièrement équipée.


A propos du Technology Centre à Singapour

  • Dyson a investi près de 330 millions de livres sterling à Singapour. Ce nouveau Centre accueille les laboratoires dédiés au développement afin de permettre aux experts en hardware et logiciels de travailler ensemble pour développer les machines connectées du futur.
  • Dyson prévoit une augmentation de ses effectifs à Singapour de 50%. Situé en plein cœur du berceau où de nombreuses startups sont installées et à deux pas du campus de l’Université Nationale de Singapour, ce nouveau Centre accueille des équipes d’ingénieurs qui travaillent sur le développement de nouvelles technologies et de nouveaux outils dans la maison connectée du futur


Dyson Institute of Engineering and Technology

  • A partir de septembre 2017, Dyson se basera sur le travail mené par la Fondation James Dyson et offrira aux étudiants en ingénierie une formation de haute qualité.
  • D’après les nouveaux projets révélés par le Département de l’Education dans un Livre Blanc, le Dyson Institute of Technology a soumis sa candidature pour pouvoir délivrer un diplôme certifié par l’Etat et ainsi devenir une nouvelle université.