Dyson Challenge : 24h pour concevoir une machine intelligente

Dyson Challenge : 24 heures pour concevoir une machine intelligente


Paris le 28 août 2017 : Chaque année, les ingénieurs Dyson à travers le monde se voient proposer un défi qu’ils relèvent non sans enthousiasme. Après les voitures en carton télécommandées capables de résister au feu et à l’eau ou encore, les drones réalisés à partir de pièces détaches d’aspirateur,  plus de 200 ingénieurs Dyson ont relevé un nouveau défi tourné autour du développement rapide et de l’association entre le software et le hardware.

L’objectif : Concevoir et développer une machine intelligente basée sur l’un des thèmes suivants : la maison connectée, la gamification des produits Dyson ou l’accessibilité grâce à la facilité d’utilisation. Et le tout en 24 heures, une vraie course contre la montre.

Dans les centres de recherche, de conception et de développement de Dyson au Royaume-Uni et à Singapour, plus de 200 ingénieurs en hardware et mécanique ont fait équipe avec les ingénieurs en logiciels et électronique afin de participer à ce « Codeathon numérique ». Le défi a fait appel à leurs compétences en connectivité, intelligence artificielle, machine learning et en systèmes de navigation intelligents. Les équipes d’ingénieurs avaient accès aux dernières installations de test et de développement se trouvant dans les locaux.

La vidéo du Dyson Challenge se trouve ici.

« Dyson a désormais plus d’ingénieurs logiciels que d’ingénieurs matériels. La connectivité et l’intelligence artificielle font partie intégrante des technologies futures de Dyson. C’est toute l’équipe dans son ensemble qui créera les machines intelligentes de demain », Charles Eagan, responsable software international Dyson.

Le défi en chiffres :

203 : nombre de participants

34 : nombre d’équipes dont 17 au Royaume-Uni et 17 à Singapour

6 266 : nombre de lignes de code qu’ils ont écrit, dont 3166 au Royaume-Uni et 3 100 à Singapour

500 :  nombre total d’heures de codage dont 260 heures au Royaume-Uni et 240 heures à Singapour

2 :  nombre d’heures moyen où les participants ont pu dormir pendant ce défi de 24 heures

512 : nombre de boissons énergisantes et cafés consommés tout au long du défi

L’équipe gagnante au Royaume-Uni a modifié une lampe CSYS™ créée par Jake Dyson, en augmentant le mécanisme d’entraînement à moteurs et en la connectant à un circuit électronique Arduino afin de transférer des données à la lampe à l’aide d’un programme informatique. Ils ont ainsi obtenu un appareil pouvant à la fois enregistrer et dessiner des images très détaillées, dont un portrait de Jake Dyson lui-même, que vous pouvez voir ici.

 « Nous avons tout d’abord converti une image en tracés pouvant être dessiné avec un stylo. Les coordonnées de position décrivant les tracés ont ensuite été envoyées depuis un ordinateur portable vers une carte électronique Arduino qui actionne trois moteurs contrôlant le mouvement sur une lampe Jake Dyson CSYS™ modifiée. Le stylo est couplé à nos moteurs par l’intermédiaire de notre mécanisme ingénieux qui utilise une seule ceinture pour contrôler les mouvements à la fois verticaux et horizontaux. », explique Darren Lewis, ingénieur en conception mécatronique.

Les autres projets consistaient par exemple en des systèmes de domotiques sensoriels intelligents capables de détecter des individus dans des pièces différentes à l’aide d’algorithmes de cluedo, ou encore des mondes de réalité virtuelle qui utilisent le mapping des images 3D de photos prises par un drone.

 « Cela ne fait que deux mois que je suis chez Dyson et je suis stupéfait par leur culture. Je ne m’attendais pas à participer à un événement interne de cette ampleur. La passion et le dévouement dont les ingénieurs font preuve dans le développement de technologies remarquables sont très excitants », s’enthousiasme Gabriel Lim Yiting, stagiaire en RDD à Singapour, âgé de 20 ans.

Notes


Recherche et développement à l’international

  • Dyson a investi 2,5 milliards de livres sterling dans les technologies futures et continue d’investir 7 millions de livres sterling par semaine en recherche et développement.


  • Il y a quatre ans, 90 % de la technologie de Dyson était basée sur le matériel.  Aujourd'hui, Dyson se concentre sur l’association de son expertise en hardware et en software avec des logiciels permettant une connectivité de pointe dans le monde. Dyson a commencé à travailler sur son premier aspirateur-robot intelligent il y a 18 ans. Aujourd'hui, la quasi-totalité de nos machines atteint l’espace logiciel. Et d’ici à 2020, Dyson prévoit d’avoir 20 millions de machines connectées.


Le campus technologique de Dyson à Singapour :

  • Le Dyson Technology Center à Singapour abrite les laboratoires de développement qui réunissent l’expertise en hardware et en software de pointe afin de développer les futures machines connectées.


  •  Situé en plein cœur du berceau où de nombreuses startups sont installées et à deux pas du campus de l’Université Nationale de Singapour, ce nouveau Centre accueille des équipes d’ingénieurs qui travailleront sur le développement des futures technologies et des technologies de la maison connectée de demain.


Le campus technologique de Dyson à Shanghai

  • Les locaux du Dyson Technology Centre à Shanghai disposent des laboratoires d’expérimentation pour tester les logiciels et machines, permettant à Dyson de réunir ses compétences matérielles et logicielles pour l’adaptation des machines dans cet écosystème numérique unique qu’est la Chine.


  • Située au cœur de la communauté créative de Ba Hao Qiao du district de Huangpu, l’équipe d’ingénieurs du laboratoire de technologie mettra l’accent sur la recherche de nouvelles technologies pour les consommateurs chinois et leurs maisons, en apportant des technologies connectées sur le marché plus rapidement que jamais.


Le campus de Dyson à Hullavington

  • Le terrain d’une superficie de près de 210 hectares est une ancienne propriété du Ministère de la Défense à Hullavington dans le Wiltshire. Cette expansion va permettre à Dyson de multiplier par dix sa taille au Royaume-Uni.
  • Grâce à ce nouveau campus, Dyson pourra continuer à créer des emplois hautement qualifiés et d’amplifier les exportations du Royaume-Uni.


Le Dyson Institute of Technology

  • La première promotion du Dyson Institute of Technology Dyson arrivera sur le campus en septembre 2017 pour commencer un parcours de formation professionnelle de quatre ans avec l’Institut Dyson. C’est la première étape chez Dyson pour atteindre un diplôme et un statut universitaires.
  • Plus qu’un diplôme, plus qu’une Université : les ingénieurs de la première promotion acquerront une expérience pratique dès le premier jour au sein de l’équipe d’ingénierie mondiale et jouiront d'une rigueur académique par le biais de leur cursus.
  • 33% des titulaires du programme sont des femmes contre à 16% parmi tous les élèves ingénieurs au Royaume-Uni et 9% parmi tous les ingénieurs au Royaume-Uni.
  • “La pénurie d’ingénieurs qui touche aujourd’hui le Royaume-Uni a un impact direct sur Dyson car cela nous freine dans notre volonté d’augmenter le nombre de technologies que nous souhaitons développer et exporter du pays. Nous prenons le problème à bras le corps en créant ce nouveau diplôme qui combine l’apprentissage théorique à la pratique avec un travail réel et une rémunération en conséquence tout en étant intégré à une équipe d’experts en la matière, ”explique James Dyson.